Caring

Trail : Chacun son trail, chacun sa préparation

Publié
08.12.2019

Courir, c’est bien. Bien se préparer pour une course, c’est mieux. Le trail a fait de nombreux adeptes à Maurice depuis ces dix dernières années. S’il est vrai que la course à pied nécessite peu d’investissements financiers, un minimum de préparation est primordial pour ne pas finir dans les fatak.

On ne dira jamais assez l’importance d’avoir une activité physique régulière. La course à pied est probablement le sport le plus accessible pour se maintenir en forme dans des conditions relativement simples. L’avantage du trail est de procurer tous ces bienfaits en donnant la possibilité de profiter de la nature. Quelques règles sont à suivre pour tirer le maximum de cette activité.

« Les jours où je fais mes 5 km d’entraînement, je m’assure de dormir 8 h. »

Avant la course

Certains s’équipent de matériels dernier cri pour observer leur rythme cardiaque et mesurer les dénivelés du parcours. Mais le plus important (et le plus logique) est d’investir dans une bonne paire de chaussures. Et un petit rodage est nécessaire avant le jour J car les premières utilisations apportent leurs lots de cloques. Puisqu’un trail provoque toujours quelques bobos, mieux vaut limiter la souffrance le jour de la course.

Néanmoins, Ansha Roy, Administrative Assistant à Ascencia, livre une astuce si vous deviez vous équiper quelques heures avant la course : « En 2016, j’avais acheté mes chaussures la veille du Dodo Trail. Il faut prendre 1½ pointure plus grande dans ce cas. »

Si la distance des entraînements varie selon la longueur de votre course, vous ne pourrez déroger à une règle : le repos. « Les jours où je fais mes 5 km d’entraînement, je m’assure de dormir 8 h », explique Daisyna Theodore, HR Officer à Ascencia.

À J-1, chacun a ses petits rituels. Ansha se réveille très tôt, s’étire et prend un petit-déjeuner léger et beaucoup d’eau. Daisyna, elle, se repose toute la journée et évite les sucres transformés au dîner avant une bonne nuit de sommeil.

Pendant la course

C’est une évidence, mais il est important de rappeler que le ravitaillement est essentiel pendant la course. Cependant, il n’est pas toujours nécessaire de prévoir à manger selon la distance du trail. Si Daisyna emporte qu’une banane, Ansha choisit de ne pas manger pendant un trail. En revanche, les deux s’accordent sur l’hydratation : 1 l d’eau pour 10 km. « Il faut y aller à petites gorgées pour rester hydraté tout le long », précise Ansha.

Parlant de l’importance du mental, Daisyna explique qu’une mauvaise préparation peut vous faire lâcher prise pendant la course. « Dans mon cas, il s’agit d’un défi personnel, clarifie Ansha. Je suis détendue, mais reste attentive à mes limites. »

Après la course

Prendre soin de soi après une course c’est aussi bien se préparer pour la prochaine. « Quand je rentre, je prends une douche chaude pour me détendre les muscles et je mange bien. Avant d’aller au lit, je prends un antidouleur pour éviter de souffrir le lendemain ».

Même habitude pour Daisyna qui ajoute « un petit massage quand c’est possible ».

Les conseils pour les trailers sont nombreux, mais il s’agit de savoir les adapter en étant attentif à son corps. Daisyna conclut : « Chacun ayant un métabolisme différent, il faut que le ou la trailer consulte pour être au fait de son état de santé et son niveau physique pour se préparer en conséquence. »

Publié 08.12.2019

What Else?

Enjoy!

Comment bien vivre l’année du rat

January 22 2020

Le 24 janvier prochain, l’année du cochon de terre laissera sa place...

Busy

Bo’Valon Mall, le 7e mall d’Ascencia a ouvert ses portes

January 17 2020

Bo’Valon Mall, le dernier-né des centres commerciaux signés Ascencia a ouvert ses...

keyboard_arrow_up